Le rapace de Roland-Garros

Le rapace de Roland-Garros

RFI
00:02:39
Link

About this episode

Dans les coulisses des Internationaux de France de tennis qui commencent ce dimanche : à la rencontre du fauconnier de Roland-Garros et de sa buse dressée à chasser les pigeons

« Allez viens ma Louloutte ! »Louloutte, en réalité, s’appelle Nova. C'est un jeune rapace de trois ans, une buse de Harris (ou petit aigle du Mexique) qu'appelle Michaël, le fauconnier de Roland-Garros, le stade parisien où se déroulent chaque année les Internationaux de France de tennis, qui commencent ce dimanche. Michaël, fauconnier qui travaille avec des buses et pas des faucons, siffle et claque la langue pour appeler Nova, et le bel oiseau aux plumes couleur fauve se pose sur son avant-bras protégé par un gant en cuir.

Mais Nova est agitée, bat des ailes, et remue la clochette accrochée à l'une de ses pattes. « C’est le micro qui doit la stresser… », estime Michaël, quand soudain la buse prend son envol. « Là, elle a vu un pigeon ! En fait, il y en a deux qui sont partis du sapin. Donc elle a fait son job. » C'est effectivement le travail de Nova et des deux autres buses de Michaël tout au long de l'année : éloigner les pigeons, les plus visibles (certains diront les plus nuisibles) des oiseaux parisiens.

De la viande en récompense

Nous voilà à présent dans le court central, recouvert ce jour-là, où un rouleau compresseur prépare la terre battue, avant le début du tournoi. Tout en haut des tribunes, Nova s'est envolée vers l'écran géant. « Elle a peut-être aperçu quelque chose, relève le fauconnier, qui se met à siffler. Je vais la rappeler. » Quelques grands coups d’ailes au-dessus du court central, et la buse revient sur le bras de Michaël. « On rappelle l’oiseau à venir sur le gant, toujours avec la petite récompense, le morceau de viande, et là l’oiseau, en toute confiance, revient sans problème vers son fauconnier. »

La confiance est essentielle entre le fauconnier et son oiseau, retiré de ses parents dès l’âge de trois mois. « Dans les premiers temps, l’oiseau doit prendre confiance, ne pas avoir peur de la personne qui l’a au bout du gant, poursuit Michaël. Et une fois qu’il arrive à se nourrir sur le gant, on commence vraiment le travail, l’affaitage, le dressage pour les oiseaux. »

Climat d'insécurité

Depuis une dizaine d'années, à Roland-Garros, on emploie des oiseaux pour chasser d’autres oiseaux. « C’est essentiellement pour que les pigeons ne prennent pas l’habitude de venir se nourrir dans les tribunes, explique Michaël. On évite aussi que de jeunes pigeons qui sont nés sur place ne reviennent les années suivantes pour nicher et se reproduire dans le stade. On est là pour effaroucher, donc faire peur aux pigeons, qu’ils aient l’impression d’être attaqués et poursuivis par le rapace. On crée un climat d’insécurité. Il faut que la proie se sente vraiment menacée et se dise : c’est peut-être chaud de revenir ! » Une précision s'impose : aucun pigeon n'a été tué ni maltraité pendant ce reportage.

La question de la semaine