Jeux d’hiver sous bulle sanitaire, «l’ambiance JO» dans les parcs à Pékin
09 January 2022

Jeux d’hiver sous bulle sanitaire, «l’ambiance JO» dans les parcs à Pékin

RFI

Pékin est à un peu plus de trois semaines des Jeux olympiques d’hiver, dont le coup d’envoi doit être donné le 4 février. Comment les Pékinois se préparent-ils  à l’événement dans un contexte de restrictions sanitaires renforcées ? Reportage dans un parc de la capitale, où les habitants sont invités à se plonger dans l’ambiance des JO. De notre correspondant à Pékin,  Des châteaux de neige comme on fait des châteaux de sable avec des pelles et des seaux en plastics comme à la plage, des pinces pour faire des boules en formes de ballons ou de têtes de canards... La foule des samedis de ciel bleu était, ce week-end, au parc du « Pavillon des loisirs », au sud de Pékin, aménagé façon sports d’hiver. « J’ai l’impression qu’il y a beaucoup plus de monde cette année, se réjouit ce trentenaire qui a l’air de s’amuser autant que ses enfants. Nous sommes venus pour glisser sur les gros pneus, il y a une grande file d’attente. » Des gros pneus recouverts de tissus, les 30 secondes de glisse sur un monticule valent visiblement de s’armer de patience. Un manège des neiges, un petit train, une patinoire, ces attractions étaient déjà là avant la Covid, mais cette année, c’est particulier, estime cet agent de sécurité dans un centre commercial venu, dit-il, pour « l’ambiance olympique ».  « C’est la première fois que nous venons à ce parc des jeux de l’hiver, continue l'agent de sécurité. Ma fille veut faire des glissades sur la piste et peut-être qu’ensuite nous prendrons le petit train des neiges. On n’est jamais venu avant, ma fille était trop petite et les deux derniers hivers étaient plombés par la Covid. Maintenant que la situation est sous contrôle, nous pouvons ressortir. C’est le bon moment pour se mettre dans l’ambiance olympique. » Eh oui, « les Jeux olympiques arrivent dans les parcs de la capitale » répètent les bannières aux slogans en grands caractères bleus. Depuis quelques semaines, les médias d’État mobilisent les bonnes volontés et les compétences. Concours, vidéos officiels… Madame Lee Jinfei manie le « bâton de fleurs » avec virtuosité : un bâton avec de grosses boules de laines chamarrées aux extrémités dont la tradition remonte, parait-il, à plus de 3 000 ans. Sa troupe a été sélectionnée pour animer plusieurs districts de la capitale au moment des jeux. « Nous avons commencé les répétitions il y a trois mois, après la sélection, raconte Lee Jinfei. Nous allons faire ce spectacle dans plusieurs districts, parce que nous avons remporté le premier prix de la compétition ‘Sport et société de Pékin’. ‘La glace danse, la neige brûle’, c’est le nom de notre performance. »   Madame Lee ne dort plus en repensant à sa chorégraphie pour le jour J. Fière de sa ville, fière de recevoir les Jeux, comme ces deux retraités d’un groupe de danse réputé venu s’entrainer dans le parc, eux aussi, et filmés par les Nouvelles de Pékin. « Les jeux entraînent une mobilisation de chacun et de tous les quartiers, se confie l'un d'entre eux. Avec la danse, nous voulons contribuer à accueillir l’évènement. C’est aussi pour montrer que les citoyens chinois sont pleins d’entrain et d’optimisme. » « On fait ça pour le sport d’habitude, mais là, on exprime aussi notre fierté d’accueillir pour la deuxième fois les JO » explique cette autre retraitée. « Bon après, ce n’est pas la même ambiance qu’en 2008. La Covid a eu un impact terrible » reprend le premier. Impact terrible de la crise sanitaire qui a coupé le nord de Pékin et les infrastructures olympiques du reste des habitants. Contrairement à 2008, Covid oblige, les Jeux auront lieu sous cloche, en « boucle fermée » comme disent les autorités, ne permettant aucun contact entre les délégations et la population.